Il fait une chaleur à crever dans ce foutu car!


Les pleurs d'un gosse, les ronflements d'un vieillard, un couple qui se déchire et l'autre ruminant assis à côté de moi qui mâchouille avec un bruit insupportable son chewing-gum. Je suis à deux doigts d'atomiser ce car de malheur. Moi y compris. De toute façon, qu'est-ce que j'ai encore à perdre? Ma vie a t-elle encore une importance?


J'entends des cris provenant du fond du car. Je me retourne en appuyant mon avant-bras sur le dossier de mon siège à moitié défoncé et relève la tête pour voir le couple de gueulards en venir carrément aux mains. La fille crache au visage du type qui riposte en lui balançant son poing en pleine face. Des personnes tentent de s'interposer mais ces deux-là font preuve d'une violence assez inouïe. Comment peut-on se détruire à ce point après s'être aimé si fort? C'est un mystère que je ne comprendrai jamais.


Je soupire, me réinstalle aussi confortablement que possible et sort mon vieil Mp3 de la poche de mon jean. Je jette un dernier regard à mon voisin qui colle son chewing-gum sans goût sous le siège devant lui. Répugnant. Puis je mets mes écouteurs, allume mon appareil et appuie sur play. La douce mélodie de "Snow Patrol - Chasing Cars" résonne dans mes oreilles, ce qui a pour effet immédiat de me plonger dans mon propre monde. Un monde où je n'ai plus de repères. Un monde désormais fait de solitude. Un monde obscure, froid et effrayant. Cette douce mélancolie me réconforte étrangement et je bascule ma tête sur mon côté droit pour la poser contre la vitre.


Je vois le paysage défiler sous mes yeux cernés. Nous sommes presque à la sortie de la ville. Le couché du soleil est caché par les grands buildings. Je jette un dernier regard sur les devantures des magasins où j'avais toujours eût l'habitude de flâner, les rues que j'arpentais à toute vitesse sur mon skateboard entouré par mes amis d'enfance et même le poste de police auquel j'avais quelques fois rendu visite à cause de mes nombreux tags sur les bâtiments publics. J'esquisse un sourire triste.

Je dois dire adieu à mon ancienne vie. A mon ancien moi. Effacer ces souvenirs de ma mémoire qui ne font qu'intensifier la douleur que je ressens dans tout mon être. Je vois mon propre reflet dans la vitre. Je m'insupporte. Je ferme alors les yeux et me laisse emporter par la musique seule témoin de mon désespoir.